Qu’est ce que la promession ?

La promession est définie comme étant une nouvelle technique pour décomposer les corps lors des funérailles. Créé par une femme médecin, la méthode consiste à plonger le corps d’une personne morte dans de l’azote liquide et ensuite de la placer sur une table vibrante pour sa destruction. La promession est aujourd’hui considérée comme des funérailles à caractères écologiques et a connu ses débuts en Suède. La dépouille s’une personne est ainsi refroidi jusqu’à -196 degré Celsius environ. Les différents restes sont ensuite placés dans une urne et remise à la famille qui pourra en faire ce qu’elle voudra. La promession s’annonce comme une méthode de recyclage du corps humain.

La procédure de la promession

Si la crémation consiste à calciner les corps par le feu, il est à savoir que la méthode laisse toutefois échapper d’éventuels produits toxiques. C’est en quelque sorte le même cas pour ce qui est de l’aquamation. La promession, elle, garantit des résultats plus écologiques malgré un temps de procédure un peu long. Le corps humain devient alors friable après une durée comprise entre six mois et une année et peut alors être dissoudre en poudre. Un processus de promession ne laisse dégager aucun produit toxique et permet la récupération de différents accessoires tels les appareils dentaires par exemple.

Une méthode révolutionnaire régit par une loi particulière

Du début jusqu’à la fin d’une procédure de promession, le corps d’une personne morte ne dégage aucun signe de pollution pour l’environnement, c’est-à-dire aucun gaz à effet de serre. Le fait est que même l’urne destinée à la conservation des restes du corps sera biodégradable. La promession commence aujourd’hui à se propager partout dans le monde bien qu’elle requière une loi particulière pour pouvoir être pratiqué. Autant dire que quelques pays ont même  imposé une loi indiquant qu’un corps ne pouvait être ni enterré ni incinéré. Mais le fait est que la promession reste encore interdite dans de nombreux pays.